Non classé

Relations école-famille: la culture du mépris

Si les documents officiels de l’Education Nationale prônent la complémentarité des deux entités que constituent les parents et les enseignants dans la réussite de l’enfant, la réalité est tout autre. De nombreux enseignants et parents déplorent leur médiocre communication réciproque, qui a évolué ces dernières décennies en une véritable culture du mépris. 

student-2052868__340

L’Education Nationale est très compétente. Pour élaborer un novlangue spécial enseignement, dans lequel on se contentera de bêler des « compétences » des « diagnostics », et pourquoi pas, comme c’est à la mode, brandir l’étendard de la «coéducation». On distribue des « malettes » des relations famille-école (en novlangue Education Nationale, une malette est un tableau de 800 signes sur une page errante de la toile). Mais, comme à l’accoutumée, ces termes restent vides de sens. Car dans les faits, la coéducation n’en n’est qu’à ses balbutiements. La confiance, l’engagement, l’implication, laissent pour l’instant la place à la critique, à la défiance voire à l’évitement. D’un côté, l’on montre les « irresponsables » qui élèvent des « irrespectueux », de l’autre, on dénonce le déni de l’identité de l’enfant et de sa famille.

Stigmatisation

« On ne les voit jamais ni le matin, ni le soir, eux! », «  le cahier de liaison est resté une semaine dans le cartable » « sa mère est en arrêt depuis 3 mois et elle laisse son fils à la cantine! » « Oh ben alors maman elle t’a remis ton jean troué? » . Aussi pauvre est la connaissance enseignante du contexte familiale de ses élèves, aussi vindicative est sa condamnation: il y a ceux qui sont stupides, ceux qui travaillent trop, ceux qui ne travaillent pas assez, ceux qui posent trop de questions, trop souvent, ceux qui n’en posent pas assez… Les parents n’ont pas de réelle considération au sein de l’école. D’ailleurs, que ceux qui ont la chance d’avoir des espaces « parents » dans leur école (publique) nous envoient une photo! Les familles sont tenues à l’écart par la posture « à bonne distance » (merci la malette parents-profs!) le plan vigipirate, ou tout simplement, l’habitude.

L’enseignant sait

Aujourd’hui encore, il est délicat pour le parent de s’impliquer réellement dans l’éducation de son enfant. Cantonné à la surveillance des passages piétons lors des sorties scolaires, il n’a pas son mot à dire sur les projets et méthodologies mis en place par l’enseignant. En effet, une telle intrusion est vécue comme un affront par l’enseignant. Et pourtant, en y réfléchissant, quoi de plus légitime que de se préoccuper de l’apprentissage de son enfant?

La posture de l’enseignant n’est plus du tout en accord avec la parentalité d’aujourd’hui. En s’accrochant à la vieille image d’Epinal d’unique détenteur du savoir, en refusant de coopérer avec les familles et d’apprendre d’elles, l’enseignant se place dans une position hostile, qui lui vaudra bien des déboires. Cette distance, qui va de pair avec le refus de l’affect, cristallisé l’enseignant dans une vision froide, voire déterministe de l’avenir des élèves : « Combien de collègues ai-je entendu prédire un sombre avenir, avec un ricanement au coin des lèvres, à des élèves de 3 ans, à cause de leur contexte familial? C’est inadmissible. Il faudrait discerner une médaille aux enseignants, voire aux équipes qui osent sortir de leur tour d’ivoire et tenter la coéducation, car c’est encore très mal perçu.  » raconte Hervé, enseignant depuis 28 ans.

Le cas des élèves atypiques

Pour les parents qui ont la grande responsabilité de gérer la scolarité d’un enfant atypique, le problème est d’autant plus grand. Ils sont souvent confronté à des enseignants méfiants, mais aussi non-formés. Aussi pourrez-vous entendre à la tisanerie « oui enfin il parait qu’il a été diagnostiqué… ». Une attitude qui en dit long sur la légitimité qu’accorde l’enseignant au discours parental.  Un dédain qui, mêlé à la méconnaissance, mène bien souvent à l’impasse: « information préoccupante », phobie scolaire, déscolarisation… Mais ce n’est pas le problème individuel de quelques enseignants, c’est bien une culture du mépris cultivée depuis l’ESPE (Ecole Supérieure du professorat et de l’éducation).

La « culture du mépris » depuis l’ESPE

Maria, Professeur des écoles depuis deux ans, en témoigne: « Au cours de ma formation, le seul moment où l’on a abordé les relations avec la famille, c’était des jeux de rôles où l’on devait affronter des mères hystériques, des parents aveugles et  persuadés que leur progéniture devait sauter une classe, des parents qui stigmatisaient un autre enfant et agissaient comme des personnages immatures et irresponsables. »

Si cette posture hostile était conseillée à l’ESPE puis laissée aux oubliettes pendant la carrière des enseignants, ce serait un moindre mal. Malheureusement, comme de nombreux récits en témoignent, cette tendance au mépris prospère dans les tisaneries. Et pourtant… La clé de voute de la réussite (et donc du bien-être à l’école), semble être la considération octroyée à chaque élève, et, de fait, à son environnement familial. La Finlande, érigée en modèle éducatif y compris par la France, l’a bien compris:

« Les professeurs considèrent également comme faisant partie naturellement de leur travail le fait d’avoir des relations avec les familles en dehors du cadre scolaire : il n’est pas rare qu’un professeur se rende au domicile de ses élèves afin de se rendre compte de ses conditions de vie, tâche que l’on considère en France comme incombant à l’assistante sociale. » relate Phillipe Meirieu dans son article : « L’Education en Finlande: Les secrets d’une étonnante réussite »

Notre chère institution en est encore à considérer qu’il s’agit d’une « innovation » que d’ouvrir les portes de l’école aux parents, en atteste cette video où l’on présente l’initiative comme « dispositif innovant »!  Cette « culture du mépris », nous en sommes tous acteurs, tous responsables. Il serait temps que l’institution cesse de présenter de nouvelles théories et concepts inapplicables et insuffle, concrètement, un climat de confiance entre les familles et l’école.

EDLN- 27 Mars 2018

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s